• Bad Games - Juliette Duval Auteur : Juliette Duval

    Éditeur : Editions addictives 

    Parution : 2016

    Ma note : 3/10, une perte de temps.

    Quatrième de couverture : 

    Après avoir grandi en France avec son père, Carrie part étudier en Californie avec sa meilleure amie Tina. À peine arrivée sur le campus, elle rencontre Orion et Josh, deux bad boys américains au charme ravageur. Aucune ombre au tableau pour la jeune Française ! Enfin, à part le mariage de sa mère qui, après l'avoir abandonnée quand elle était enfant, a refait sa vie aux États-Unis, mais Carrie est bien décidée à profiter de la vie et, la veille du mariage tant redouté, elle succombe au charme de Josh, le tatoué au sourire foudroyant. Pas de promesse, pas d'engagement, seulement un moment magique avec un amant incroyable. Sauf que sans le savoir, Carrie a passé la nuit avec son... futur grand frère par alliance ! Le mariage de sa mère pourrait bien se transformer en un véritable cauchemar. Entre passion, sentiments et secrets, les deux amants devront lutter pour défendre leur bonheur. Pour le meilleur... et pour le pire !

     

    Mon avis : 

    Cette lecture fut un véritable désastre, je n'ai pas réussi à le lire d'une traite comme à mon habitude, je l'ai fait traîner un long moment avant de me décider de mettre fin à ce supplice, car oui, ce fut un calvaire de le terminer, j'en ai même fini par survoler la deuxième partie tellement j'en avais marre alors que pour moi chaque mot d'un livre est essentiel, c'est pour vous dire à quel point je n'ai pas apprécié ce que j'ai lu. 

    Bad Games raconte l'histoire de Carrie qui quitte la France pour aller faire ses études à Stratford, aux Etats-Unis. Là-bas, il y a aussi sa mère, qui l'a abandonné dans sa jeunesse, cette dernière va se remarier avec un homme que notre protagoniste ne connaît pas, mais celle-ci se doit d'être au mariage. Cependant, la veille Carrie cède à une tentation : coucher avec le beau gosse qu'elle a rencontré peu de temps après être arrivée sur le campus, mais, car il faut bien un, mais, celui-ci se trouve être le fils de son beau-père et donc son demi-frère par alliance. Quel drame, n'est-ce pas ? Le résumé m'avait mis l'eau à la bouche et j'attendais quelque chose de passionnel, une histoire difficile, des personnages qui se battraient pour leur couple en prenant soin de se faire accepter du point de vu social et familial alors oui, je ne vais pas vous mentir, Joshua et Carrie se battent pour être ensembles, mais rien de bien transcendant, j'ai même trouvé leur bataille fade et sans grand intérêt. Je ne vais pas m'étendre sur ce bouquin qui pour moi n'a rien d'exceptionnel, mais j'ai trouvé nos héros égoïstes, ils ne pensent pas réellement aux gens qui les entourent et ils ne comprennent pas les réactions des gens qui jugent leur couple, surtout Carrie puisque Joshua s'en fiche éperdument, lui, il dit ce qu'il pense et ce qu'il veut, l'avis des autres ? Qu'est-ce que c'est ? Ça se mange ? Bref, pour revenir à ce que je disais, au début notre belle jeune femme veut juste s'amuser et avoir des parties de jambes en l'air avec ce bellâtre, mais une dizaine de pages plus tard, elle se surprend à être jalouse des autres filles qui tournent autour de son coup d'un soir, j'étais "t'es sérieuse meuf ? Tu viens de dire que tu veux juste t'amuser." On comprend qu'elle tombe amoureuse de Joshua, cet être qui lui est inaccessible toutefois rien ne va les empêcher de sortir ensemble, ils tentent de se convaincre qu'ils ne font rien de mal que ça en devient ridicule et surtout ce qui m'a le plus horripilé, c'est la façon de penser de Carrie, sérieusement, elle dit à sa meilleure amie qu'elle pourrait s'intéresser à son demi-frère, Tina lui dit que ça serait étrange puisqu'ils sont de la même famille et devinez la réaction de notre héroïne ? Elle se braque. Oui, vous avez bien compris, elle se braque, j'avais envie de lui foutre deux baffes à celle-là sérieusement, mais attendez, ce n'est pas tout elle pense à ce moment-là que son amitié avec Tina change, qu'elle n'est plus comme avant, qu'elle ne la comprend plus parce qu'elle pense qu'une relation entre demi-frère/demi-soeur est étrange. Désolée, tout le monde aurait réagi comme ça Carrie c'est les mœurs de la société, c'est d'ailleurs un thème que l'auteure a voulu développer dans son roman, mais elle l'a fait d'une mauvaise manière, car oui, Joshua et Carrie ne font rien de mal puisqu'ils n'ont pas de sang en commun, mais du point de vue de la loi si, mais nos protagonistes s'en foutent clairement. Les accidents qui tentent de faire bouger l'histoire m'ont paru inutiles et vains, je n'ai pas aimé et j'étais juste "bien fait pour vous". 

    La romance n'est pas adorable, je n'ai pas adoré les passages entre nos deux amoureux et je n'ai pas du tout été charmé par Joshua qui m'a paru tout aussi égoïste que Carrie et au fil des pages, j'ai eu l'impression de retrouver deux gamins dans leurs années collège. Notre belle est complètement obsédée par Joshua, on dirait que sa vie dépend de lui, alors non merci. Bref, je suis désolée Juliette, mais ton livre ne m'a pas du tout plu, ce n'est pas ta plume qui m'a dérangé, mais je n'ai pas adhéré à la façon de penser de nos deux héros et clairement, j'ai trouvé Orion plus intéressant que Joshua. 

    Bref, un livre que je ne vous conseille pas du tout car je regrette clairement mon achat. Pourtant, j'adore ce genre de romance d'habitude, c'est dommage.

    " Ah, et si tu connais une maison sympa à vendre dans la région, fais-moi signe.
    - Pour Joshua et toi ?
    Non, pour la reine d'Angleterre. À ton avis ?"


    1 commentaire
  • Auteur : Julie Murphy

    Éditeur : Michel Lafon

    Parution : 2016

    Ma note : 7/10,une très bonne lecture.

    Quatrième de couverture : 

    Willowdean ne s'est jamais préoccupée de son corps. Oui, elle est ronde, et alors ? Comme elle le dit toujours, un corps parfait pour la plage, c'est son corps dans un bikini, pas besoin d'être super slim pour s'assumer. Jusqu'au jour où elle se retrouve à travailler au fast-food du coin et qu'elle rencontre Bo, qui porte un peu trop bien son nom. Et autant Will n'est pas du tout surprise de le trouver attirant, autant elle est sous le choc lorsqu'il lui vole un baiser. Mais au lieu de se sentir pousser des ailes, Will commence à douter. Comment peut-il l'aimer quand le monde entier dit que les filles comme elle doivent être cantonnées aux seconds rôles ? Peut-être ne s'assume-t-elle pas tant que ça au final ? Un seul moyen de retrouver confiance en elle : faire la chose la plus inimaginable qui soit... s'inscrire au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme. Entraînant dans son sillage tout un groupe de candidates faites pour tout sauf défiler, Will va montrer au monde, et surtout à elle-même, qu'elle aussi a sa place sous les projecteurs.

     

    Mon avis : 

    Je remercie Julie Murphy pour avoir écrit ce roman grâce à elle, j'ai réussi à avoir plus confiance en moi, car oui même s'il n'en a pas l'air ce livre m'a donné du courage pour m'affirmer un peu plus. Elle nous montre qu'une personne n'est pas seulement un corps, qu'on ne peut pas tous être pareil qu'on a tous des défauts, des qualités, des anomalies bref que la perfection n'existe pas. 

    Dans ce roman, nous suivons Willowdean, une adolescente de 16 ans en surpoids qui assume complètement ses formes, elle a un fort caractère qui prouve aux gens qu'elle s'en fiche complètement de ce qu'ils disent sur elle. Celle-ci craque en secret pour Bo, un beau mec de son âge avec qui elle travaille, un soir celui-ci lui vole un baiser et toute la confiance qu'elle a en elle commence à s'évaporer, les complexes dont elle était fière reviennent la hanter parce que oui, pourquoi un mec aussi magnifique que Bo s'intéresserait à elle alors qu'il peut avoir toutes les filles qu'il veut ? Pour retrouver sa confiance en elle, notre belle Willowdean va s'inscrire au concours de beauté de la ville qui est présidé par sa mère. 

    C'est une histoire qui peut sembler bidon pour des milliers de personnes, mais pour moi, c'est différent parce que j'ai connu des moqueries semblables à notre héroïne et j'ai mis du temps à m'affirmer, rétorquer, mais surtout m'assumer comme je suis. Tout au long du roman l'auteure va évoquer ce problème de poids et les pensées de Will à ce sujet, car oui, elle ne compte pas changer pour les autres et surtout pas sa mère pourtant le fait que beau s'intéresse à elle la perturbe et l'excite à la fois, car pourquoi n'aurait-elle pas droit à sa part de bonheur ? Il ne faut pas croire, mais le récit n'est pas porté exclusivement sur la romance et ses complexes, le thème de la famille et de l'amitié y sont abordés avec pertinence, car oui, notre petite protagoniste va connaître des disputes avec sa mère et sa meilleure amie pour des raisons que je trouve parfois gamines, d'où le fait du presque coup de cœur, tout comme ses réactions, mais je dirais que c'est de son âge puisqu'elle n'a que 16 ans après tout. J'ai aussi trouvé que la réaction de Mitch était trop passive, même s'il a été blessé, etc, j'aurais voulu qu'il réagisse un peu plus. Ce qui m'a légèrement déçue c'est la fin que j'ai trouvé bâclée et écrite à la va vite.
    L'écriture de Julie Murphy est très simple et très fluide, d'où ma lecture en quelques heures, elle a su me toucher là où il fallait pour me faire réagir. Son univers est très facile d'intégration alors j'espère qu'en lisant cet avis, vous allez vous empresser de le lire. 

    Au niveau des personnages, voici comment je les imagine (cliquez ici). Comme d'habitude je ne vais pas m'attarder sur tout le monde mais simplement les personnages qui m'ont marqué. 

    Willowdean aka la rondouillarde qui a de la gueule et qui parle trop, car oui, notre petite héroïne adore déblatérer sur tout est n'importe quoi. C'est une fille avec un caractère fort, qui ne se laisse pas faire même lorsqu'elle est victime de ses complexes, c'est un personnage auquel j'ai pu m'identifier puis on ne va pas se le cacher, car malgré ses réactions de gamines, sa manière de penser parfois un peu trop énervantes, c'est une grosse boule d'amour. Elle voue un culte à sa défunte tante Lucy (morte d'une crise cardiaque, si je me rappelle bien, dû à son obésité), qui lui a permis d'être ce qu'elle est à présent.

    Bo le mec sexy qui plaît à énormément de filles, car oui, il ne faut pas se la cacher, il est sacrément beau (sans jeu de mots) et son caractère est très attrayant, je vous avoue qu'à la place de Will, j'aurai été aux anges. C'est un homme pas très bavard, qui a une vie de famille difficile aussi, qui assume ses choix et surtout qui n'a aucune honte, il ne veut pas cacher son amour pour notre belle adolescente loin de là, il veut montrer à tout le monde, il ne veut pas être dans le secret et c'est ce qui m'a fait l'apprécier encore plus même si je dois avouer que parfois j'ai trouvé qu'il manquait de profondeur.

    Ellen et Tim sont les amis de Willow, en particulier Ellen qui est sa meilleure amie voire une sœur et Tim est le petit-ami de cette dernière. Tous les deux apportent le soutien dont a besoin notre héroïne même si je dois avouer que j'ai parfois préféré El à Will parce qu'elle me semblait plus mature par moment, Tim lui est un peu effacé, mais je l'ai bien aimé. 

    La mère de Willow m'est d'abord sortie par les yeux, elle rabâche sans cesse qu'elle doit perdre du poids blablabla même si sa fille lui répète sans cesse qu'elle est comme elle, à la fin celle-ci comprend enfin que rien ne pourra lui faire changer d'avis. 

    En conclusion, c'est une lecture simple et addictive qui permet d'avoir confiance en soi malgré ses défauts et imperfections au final, on est tous parfaits à notre manière, en plus je crois qu'il va être bientôt adapté en film.

    "Je crois que les bonnes choses sont toujours effrayantes."


    votre commentaire
  • Auteur : Stacey Lee

    Éditeur : Michel Lafon

    Parution : 2017

    Ma note : 8/10, une superbe découverte.

    Quatrième de couverture :  

    Mimosa, seize ans, est l’une des deux dernières aromaticiennes de la planète. Grâce à son odorat magique, elle développe des parfums plus envoûtants que n’importe quel philtre d’amour. Mais si elle veut conserver son pouvoir, elle doit préserver son cœur à tout prix et ne jamais tomber amoureuse. La jeune fille pense donc son avenir tout tracé : confectionner des potions, s’occuper de ses fleurs, inspirer des sentiments aux autres, et rester inexorablement seule. Mais quand Court, la star du lycée, boit un élixir qui ne lui était pas destiné, Mimosa est prise au piège… L’adolescente va alors réaliser que l’amour est bien plus qu’une savante équation de senteurs. ET SI L’AMOUR SE TROUVAIT JUSTE SOUS VOTRE NEZ ? 

     

    Mon avis : 

    Ce roman est une très belle découverte, je l'ai acheté lorsque je suis allée à la FNAC d'Orléans, la couverture me faisait de l’œil ainsi que le titre (oui, je suis faible), le résumé m'a attiré par son originalité, mais je ne m'attendais à rien d'extraordinaire, mais ce livre s'est révélé être une très bonne lecture sans être un coup de cœur. 

    On retrouve Mimosa, 16 ans, couvée par sa mère et qui n'a jamais connu le contact des autres. Celle-ci commence le lycée tout en travaillant en tant qu'aromaticienne avec sa mère en créant des élixirs d'amour afin de donner un coup de pouce aux personnes qui n'osent pas dévoiler leur amour. Cependant, elle commet une erreur en donnait un élixir à la mauvaise personne, qui s'avère être la mère de Court aka le mec le plus populaire du lycée. Des sentiments vont naître, mais ceux-ci n'ont pas le lieu d'être, car si elle tombe amoureuse, elle perdra son don, soit sa capacité à tout sentir parfaitement. Mimosa va apprendre de ses erreurs, mais est-ce qu'elle va céder à la tentation ? 

    Je dois vous dire, que je ne m'attendais pas à ce genre de lecture quand je me suis embarquée dedans, je pensais à une romance toute mignonne sans plus, ce qui est le cas, mais c'est bien plus que ça. Le côté botanique est extrêmement bien développé, que ce soit les émotions, les états d'âme tout à une senteur propre, j'ai appris le nom de beaucoup de fleurs grâce à Parfums d'amour, on ne pourra pas reprocher à l'auteur d'avoir oublié ce côté de son histoire. C'est léger et rafraîchissant tout ce qu'il faut pour un été qui s'annonce chaud. Ce récit est une boule d'amour qui aborde des sujets comme l'homosexualité même si c'est soulevé que brièvement, grâce à ce roman, on comprend qu'une personne n'est pas qu'une enveloppe charnelle, mais aussi une personnalité, des sentiments et il montre que chaque personne à son charme malgré les défauts qu'on peut avoir enfin, je l'ai compris comme ça pour ma part en tout cas. Franchement tout est très bien développé même l'aspect familial est bien travaillé puisque Mimosa et Court ont des situations compliquées, l'un a un père qui est un coureur de jupons et qui ne le laisse pas faire ce qu'il veut tandis que l'autre n'a pas de père et a une mère qui l'enferme, qui donne l'impression de n'avoir besoin d'elle que pour son odorat. 

    "Tout a une odeur, surtout les émotions."

    Mimosa est une jeune fille que j'ai trouvée adorable quand bien même elle est très naïve, c'est une jeune fille renfermée qui va s'ouvrir aux autres au fur et à mesure que les pages défilent. Tout ce qu'elle souhaite, c'est aider les personnes auxquelles, elle tient cependant cela peut la conduire à les blesser justement et faire des erreurs. La jeune femme va comprendre que les erreurs conduisent parfois à des choses merveilleuses de la vie. Je l'ai bien aimé même si parfois, j'avais juste envie qu'elle pense à elle plutôt qu'à sa mère, ses amis (en particulier Kali).

    Court où le mec le plus mignon du monde, populaire, beau même avec ses défauts, il a une personnalité douce et joyeuse, c'est lui qui va réveiller notre héroïne avec du mal, mais il va y parvenir. Ce jeune homme va lui faire connaître des sensations, des sentiments que personne n'arrivera à lui faire ressentir et surtout, il va lui faire comprendre que l'amour n'est pas une chose qu'on prévoit, c'est le destin et ça arrive seul même si, certaines personnes en éprouvent le besoin de coups de pouce. Il va énormément l'épauler. 

    Dahlia, la mère de Mimosa est le personnage que j'ai le moins apprécie avec Vicky même si à la fin, elle se rachète. Elle enferme sa fille, la traite comme une esclave même si on ne nous le présente pas comme ça, mais elle donne l'impression de ne pas aimer son enfant et de seulement l'apprécier parce qu'elle est utile avec son odorat puissant. Heureusement pour elle, la fin du roman lui redonne un peu de contenance et d'humanité. 

    Kali, la drôle du bouquin, je l'ai trouvé amusante avec ses réflexions au cours du récit en tout cas, je trouve ça génial qu'elle réussisse à assumer son homosexualité et qu'elle apporte le soutien dont Mimosa a besoin. 

    La romance est super mignonne et au final, on apprend beaucoup sur la malédiction des aromaticiennes dans les dernières pages. 

    En conclusion, je ne peux que vous conseiller cette histoire originale et rafraîchissante avec une romance toute mimi et un côté botanique très bien exploité pour les amoureux des plantes. 

    "Toute odeur est une clé, qui libère des souvenirs cachés dans les replis de l'âme."


    votre commentaire
  • Une irrésistible envie (Saga complète) - Meg CabotAuteur : Meg Cabot

    Editeur : Le livre de poche ou Albin Michel

    Parution : 2007 à 2014

    Ma note : 8.5/10, un petit coup de coeur pour cette saga.

    Quatrième de couverture (du premier tome) :

    Heather Wells, ex-lolita de la pop, ne veut plus être victime de la mode. Elle se sent très bien en jean. Et sa vie d'avant, les paillettes et les larmes, non merci. Elle décroche un job dans une résidence d'étudiants où l'on ne s'ennuie vraiment pas : deux filles meurent coup sur coup. Heather est persuadée qu'il s'agit de meurtres. Ça tombe bien, le sublime garçon qui l'héberge dans sa sublime maison - Cooper est détective. En plus, il se fiche qu'elle fasse du 46 ! Une nouvelle vie commence pour Heather ! Pour un peu, elle porterait même une robe...

     

    Mon avis : 

    Je reviens aujourd'hui, encore une fois, pour faire une chronique livresque sur la saga "Une irrésistible envie" d'une de mes auteures préférées aka Meg Cabot. La photo de la chronique représente le dernier tome "Une irrésistible envie de bonheur". J'ai enchaîné les cinq tomes de la série en une semaine, tout en prenant mon temps pour lire, car il m'est arrivé d'avoir des moments où je n'avais pas envie de me plonger dans un bouquin, en sachant que les trois premiers tomes sont des relectures. Cela fait longtemps que je rêve de lire les deux derniers tomes de cette saga sans jamais avoir l'occasion de les acheter, mais ma mère, un beau matin, m'a fait une belle surprise en les achetant et vu que mon but est de lire le plus de livres papiers avant de partir en Angleterre, je me suis lancée, une nouvelle fois, dans les mésaventures de notre héroïne Heather Wells. Celle-ci est une ancienne star de la pop qui s'est convertie à devenir la directrice adjointe de la résidence universitaire Fisher Hall qui va être surnommé le dortoir de la mort au cours des tomes. Celle-ci est amoureuse de Cooper Cartwright, un détective privé, mais qui est aussi le grand frère de son ex petit-ami Jordan Cartwright. Au cours de sa période d'essai, et même bien après, elle va être témoin de plusieurs homicides et comme vous pouvez-vous en douter, elle ne va pas rester là à rien faire, non, elle va tenter de dénicher elle-même les coupables au péril de sa propre vie. 

    "D'accord, je m'esclaffe. Je suppose qu'elle a trébuché et qu'elle s'est retrouvée, par hasard, avec le visage au niveau de ta braguette."


    Je dois avouer que le premier tome est vraiment très bien, on nous amorce la vie de notre belle protagoniste en exposant son passé, sa vie actuelle, ses proches et l'intrigue est vraiment bien tournée, je crois que c'est celle qui m'a le plus intéressée avec le tome 5. Ce que je veux dire par là, c'est que j'ai adoré faire des erreurs avec Heather, suivre sa logique et ses plans foireux et surtout découvrir le mobile des meurtriers avec elle, c'est pour cette raison d'ailleurs que j'ai moins apprécié le tome 2 et 3, puisque dans le tome 2 le coupable était bien trop prévisible et dans le tome 3, on a le droit à mobile complètement absurde pour le meurtre mais bon Meg Cabot n'est pas connu pour écrire des Thrillers. Un autre point négatif est sûrement le schéma du premier tome qui se répète dans "Une irrésistible envie d'aimer" (tome 2) et "Une irrésistible envie de dire oui" (le tome 3) qui est légèrement agaçant, car on se doute de certains événements. Heureusement pour moi, le tome 4 et 5 échappent à cette logique. Ce que j'ai apprécié au cours de ma lecture, c'est le fait que Meg Cabot nous rappelle toujours certains éléments des tomes passés, j'aurais pu m'éviter la relecture des trois premiers tomes, mais quand on aime, on fonce, mais aussi sa plume et son humour, je crois que c'est ce que j'admire le plus chez elle, sa capacité à me faire rire à chaque fois que je lis un de ses romans quand bien même ses bouquins sont faits pour les jeunes adultes ou les adolescents, j'adore me plonger dans ses univers. La romance est présente, bien évidemment, on parle de Meg Cabot après tout s'il n'y a pas de personnages masculins sexy as fuck et pas d'histoires d'amour ce n'est pas du Meg Cabot. J'ai craqué pour Cooper et Heather qui sont hilarants ensembles, mais tellement adorables, mais ce n'est pas tout, j'ai apprécié tous les couples qui se forment au cours des tomes et tous les personnages qui sont présents au fil des tomes comme Tom, Steven, Sarah, Lisa, Muffy, Jordan, Tania, le père d'Heather, l'inspecteur Canavan et même les soeurs de Cooper. Les protagonistes de l'auteur ont toujours débordé d'humour et de gaieté, c'est une des raisons pour laquelle j'ai adoré l'héroïne.

    "- Tu me revaudras ça, frangine ! Je me gèle les couilles.
    - Tant mieux, dis-je en parvenant à son niveau. De toute façon, elles ne t'ont jamais causé que des ennuis."


    Heather qui assume ses rondeurs et qui vit très bien avec, elle a un caractère fort et elle sait se faire, entendre, écouter et suit toujours son cœur quand bien même cela lui faut le surnom de fouille-merde. Son humour est poignant, son affection pour ses résidents, son amour pour ses proches m'a touché et m'a permis de m'identifier à elle. Cooper quant à lui, c'est un homme qui est vraiment viril, sexy, froid aux premiers abords, mais d'une douceur immense au fond, il est prêt à tout pour sa compagne et sincèrement, il est bourré d'humour lui aussi.

    Je ne vais pas m'étendre sur les autres personnages, car cela prendrait bien trop de temps, mais je dirais que Gavin, Lisa, Tom et Sarah sont mes préférés en plus de Cooper et Heather. 

    En conclusion, c'est une saga qui vaut le détour selon moi-même si l'intrigue est parfois prévisible et pas trépidante ; l'humour de l'auteure et de ses protagonistes nous aide à nous plonger dans un univers addictif. 

     "Jordan va être père ? Mon Dieu ! 
    Mon chien ferait un meilleur père que lui et c'est un chien ! Femelle, qui plus est."

     


    1 commentaire
  • Caraval - Stephanie GarberAuteur : Stephanie Garber

    Editeur : Bayard

    Parution : 2017

    Ma note : 7/10, une lecture agréable.

    Quatrième de couverture : 

    Depuis qu’elle a dix ans, Scarlett envoie des lettres au maître de Caraval, Légende, pour qu’il vienne donner son extraordinaire spectacle sur son île. Alors qu’elle a dix-sept ans et qu’elle est sur le point de se marier avec un inconnu, le maître de Caraval lui répond enfin. Il l’invite, elle et sa sœur Donatella à venir sur l’île des Songes pour voir le spectacle... Mais leur père, un homme tyrannique, refuse qu’elles s’y rendent.
    Aidées par Julian, un marin, les deux sœurs s’échappent. Mais quand le bateau accoste sur l’île des Songes, Donatella a disparu, enlevée par Légende. Scarlett découvre que cette année le spectacle prend la forme d’un jeu dont le but est de retrouver sa sœur. Le gagnant verra son souhait le plus cher exaucé. Prête à tout pour sauver sa sœur, Scarlett accepte de participer, aidée par Julian. La jeune fille découvre alors un monde troublant, empreint de magie. Scarlett a beau savoir que tout ce qui se passe à Caraval n’est qu’un jeu, elle se retrouve bientôt empêtrée dans un univers à cheval entre rêve et réalité.
    Finalement, dans ce monde, Scarlett n’est sûre que d’une chose : si elle ne retrouve pas sa sœur avant que les cinq nuits du jeu soient écoulées, celle-ci disparaîtra pour toujours...

     

    Mon avis : 

    Caraval est un roman qui a énormément fait parler de lui, que ce soit en bien ou en mal. Les avis divergent complètement sur ce roman et j'ai préféré me faire le mien. Pour ma part, je ne l'ai ni adoré ni détesté, c'est un roman qui se lit assez facilement et qui a un côté addictif, une fois que je me suis lancée ne pouvais plus m'arrêter de le lire pour vous dire en deux jours, je l'avais déjà terminé. Pourtant, ce n'était pas gagné d'avance pour Stephanie Garber de me séduire, j'en attendais pas grand chose et les 130 premières pages ont été assez difficiles pas pour l'histoire en elle-même, mais à cause de son héroïne Scarlett, qui m'a donné envie de la baffer à de multiples reprises (je vous expliquerai plus en détails plus tard). C'est une histoire que je qualifierais d'originale puisque je n'ai jamais lu de bouquins dans le même genre puisqu'on se retrouve plonger dans un univers magique où la vérité et le mensonge ne font plus qu'un, desceller le vrai du faux et très dur, j'ai moi-même été conduite en erreur par l'auteur, c'est ce côté qui m'a fait accrocher à la lecture. Quand bien même la lecture est sympathique, je dois avouer que j'ai eu une légère déception au niveau descriptif, j'en attendais un peu plus sur la découverte du lieu qui semblait magique et sensationnel, on ne s'attarde pas sur cela, mais plus sur ce qui arrive à l'héroïne, elle n'a même pas une minute de répit pour elle. La romance est assez simplette et évidente dès les premières pages même à partir du résumé, mais ça ne m'a pas empêché de l'apprécier et de les trouver mignons, le mensonge, les compromis font partis de leur quotidien, mais au fur et à mesure, ils vont apprendre à se comprendre, s'aimer et s'apprivoiser et l'auteure nous transporte grâce à sa plume dans un autre monde. 

    Niveau personnage, je ne vais pas m'attarder sur tous les protagonistes du roman, je vais me concentrer sur les trois/quatre principaux.

    Scarlett, héroïne énervante puis resplendissante. Au début, j'ai eu vraiment du mal avec elle. Pourquoi ? Ses peurs, ses craintes certes, on peut les comprendre au commencement du roman, mais au bout de 100 pages ça en devient récurent, sincèrement, j'avais envie de lui arracher les cheveux tellement elle n'arrêtait pas de dire "tu connais mon père, s'il apprend blabla ", c'est bon, profite du spectacle que tu as voulu voir pendant plus de sept ans et c'est tout. Plus le roman avançait et plus Scarlett prenait un chemin que j'aimais, elle est devenue plus forte, confiante et fait face à son père.

    Julian le beau et mystérieux matelot qui va pénétrer dans la vie de Scarlett et Donatella. C'est un des personnages qui m'a le plus intrigué dans ce roman avec Légende, je me suis trompée plusieurs fois sur son identité et l'apprendre à la fin a été surprenant. C'est un homme qui sait comment se déroule Caraval puisqu'il a déjà participé, il faut discerner la vérité et le mensonge dans ses propos, c'est ce que j'ai aimé puis, il est séduisant, on ne va pas se le cacher. 

    Donatella est une fille que j'ai trouvée pour le coup, égoïste, irréfléchie, mais tout comme Scarlett, j'ai compris que ce n'était pas le cas. 

    Le personnage qui est pour moi une source de mystères, c'est Légende, le maître de Caraval que je suis pressée de connaître dans le deuxième et dernier tome de Caraval. 

    En conclusion, c'est un livre que je recommande pour son univers malgré une manque de richesse au niveau de la description, il vous fera passer un bon moment. Vous aussi apprenez à discerner le vrai du faux.

    Elle avait disparu comme une étoile s'éteint, n'ôtant rien au monde autour d'elle à part les rayons lumineux que nuls ne verrait plus jamais.


    2 commentaires